Duo Brassens
Ventrebleu, sacrebleu, cornegidouille, parbleu, jarnibleu, palsambleu, ventre saint-gris, nom d'une pipe, sapristi, bigre, diantre, fichtre...

...Morbleu !
Tous ces mots fleuris ont été rassemblés avec d'autres par Brassens dans la chanson "La Ronde des Jurons", qui témoigne du goût que le chanteur avait pour la provocation. Un véritable catalogue du blasphème chanté sur la place publique, en 1958, fallait oser quand même !

Au-delà de la provocation, Brassens compte parmi ceux qui ont le mieux défendu leur anticonformisme à travers leurs chansons.

Brassens, c'est aussi un vieux fond d'anarchisme, qui tire sur tout ce qui porte un uniforme.

Brassens, cet homme à l'allure d'ours mal leché qui cache un humaniste, un éternel copain pour tous.

Brassens, moustache et guitare.

Brassens le mysogyne.
Brassens l'homophobe.
Brassens le casseur de curé.

Brassens censuré.

Mais Brassens libéré ?


“Au lieu de mettre en joue quelque vague ennemi,
       mieux vaut attendre un peu qu'on le change en ami.”
A travers un répertoire élaboré sur mesure, Morbleu ! vous propose un voyage dans l'univers du chanteur. Chaque set est construit sur des associations thématiques entre les chansons, que nous agrémentons toujours de quelques mots, quelques anecdotes, quelques précisions afin de mieux apprécier les textes.

Brassens était-il réellement mysogyne ou homophobe comme on a pu le lui reprocher ?
Nous éclaircissons le mystère sur scène...